:: Premiers pas :: Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Xià Huánghūn Biànsèlóng

avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 31/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Déc - 18:31


Biànsèlóng Xià Huánghūn



Âge : 21 ans
Surnom(s) : Xià, vu que le reste de son prénom est généralement oublié ou trop long ou trop difficile à prononcer pour un non-natif.
Camp : Russe
Nationalité : Chinoise
Groupe : Armée
Profession : Lame à tout faire
Avatar : Akali de League of Legends


Le Personnage


I. Pour résumer, quelle vie a eu votre personnage jusqu'ici ?

Racontez-nous son enfance, ce qu'il est devenu, son histoire tout simplement.

C'est dans un petit village à l'ouest de la Chine qu'est née Xià. Une bourgade d'environ mille habitants, où l'évolution technologique met du temps à arriver. Comme dans chaque pays, il y a bien un noyau central ultramoderne, puis il y a d'autres villes. Elles sont ancrées au plus profond des terres, et sont en général, difficilement remarquables. C'est d'une de ces zones dont viens Xià. Une zone parfaitement à l'aise dans ses terres, mais assez éloignée de la capitale. D'ailleurs, dans ce village, on garde encore certaines traditions, comme dans beaucoup pays d'Asie. Ces pays qui sont connus pour mêler modernité et culture traditionnelle.

Xià fut élevée comme un garçon, car c'était ce que ses parents désiraient. Ce n'était pas faute d'avoir essayé. Entre des thérapies, des prophétie douteuses et autres substances, tous prédisaient à la famille Biànsèlóng un garçon, fort et vaillant. Pourtant, c'est bien une petite fille qui naquit, lors d'une chaude journée où le soleil tapait au zénith. Cette découverte fut une réelle déception pour le couple, mais ils décidèrent de garder l'enfant.
La petite chinoise fut donc élevée à la dure, il fallait lui inculquer dans le crâne qu'elle était un garçon. La faire agir comme un garçon, parler comme un garçon, elle semblait bien assimiler ce que ses parents voulaient qu'elle soit. Ses premières années furent donc assez simplistes et emplies de bourrage de crâne.

Néanmoins, le temps filait, Xià grandissait, et cela se voyait de plus en plus. L'enfant qui se comportait comme un garçon, commençait à avoir des courbes qui ne correspondaient absolument pas à son éducation. Dès sa première poussée de croissance, la mère de la famille fit porter à sa fille une brassière qui avait pour but de lui serrer et lui aplatir la poitrine, toujours dans le but de la faire passer pour un garçon.
Elle n'était pas encore très plantureuse, et des vêtements larges faisaient nettement bien l'affaire. Quel âge avait-elle ? Une douzaine d'années oui, c'est à cette époque que Xià commençait à paraître "étrange" pour un garçon, auprès des autres enfants. D'ailleurs, les autres enfants, et l'école, parlons-en.

L'école et Xià n'ont jamais fait bon ménage. Son attitude de garçon était certes parfaite, mais elle était également dotée d'une flemme à tout égard. Elle semblait blasée de cette obligation. Aller à l'école, se lever pour y aller, c'était ennuyant. Pour preuve, depuis son entrée au collège, elle ne faisait plus aucun effort. Sa primaire s'était bien déroulée, bien qu'elle est été plusieurs fois reprises, suite à son comportement un peu trop "violent".
Ses notes chutaient, une véritable catastrophe pour ses parents qui la voyaient déjà dans un champ à retourner la terre, ou pire encore, ramasser les ordures. Du moins, sa mère principalement. Son père était en général absent. Membre de l'armée chinoise, il fut envoyé en mission une bonne partie de l'année où Xià entrait au collège.

C'est à son retour, qui enchanta d'ailleurs sa fille, qu'il décida de lui faire passer un test tout simple d'orientation. Savoir où est ce qu'ils allaient bien pouvoir envoyer leur "fille" sans que la tâche soit trop rude ou coûteuse. La chance fut du côté de la famille, pour une fois. Leur fille s'avérait être plus "physique" que "mentale". D'une bonne constitution, Xià ne tombait que rarement malade et ne s'était encore jamais cassé un os.
Commença alors une leçon spécialisée, du père à la fille. Il lui raconta comment était l'armée, ce qu'on y apprenait, ce qu'on y voyait. Quand il racontait tout cela, sa fille était à l'écoute, comme une gamine écoutant une histoire incroyable. Le clou du spectacle, ce fut son évocation des dragons.

Sa mère lui avait appris que les dragons étaient des créatures légendaires, mais que l'homme avait réussi à les faire revivre. C'était à la fois mauvais de toucher aux divinités, mais terriblement intriguant. L'homme avait réussi à créer une créature mythique ? Et même à l'apprivoiser ? Xià en trépignait déjà, rien qu'à l'idée d'en voir.
Après avoir convaincu sa fille de faire une carrière similaire à la sienne, le couple s'était regardé dans les yeux. Finalement, le destin de leur gamine n'était peut-être pas si mauvais. Il a juste fallu du temps pour la mettre sur le bon chemin.

En effet, dès ses premiers stages à l'armée, qui durent se faire plusieurs années après, elle était avec un autre groupe d'élèves, eux aussi souhaitant devenir des soldats. Xià était attentive, mais quand on lui posait des questions sur ses motivations, elle restait toujours assez rustre. Un bon accent chinois prononcé, comme on l'a dans les campagnes, de quoi faire rire certains adolescents venant des grandes villes.
Mais la gamine s'en fichait, elle était fier de son patelin. C'est d'ailleurs à ses 16 ans que son choix d'intégrer l'armée s'était affermit. Pourquoi 16 ans ? C'est à cet âge que son père commença à lui apprendre à être un soldat. Elle était encore trop jeune pour entrer dans l'armée, mais ne désirait que cela.

Son père, lors de ses jours de repos, en profitait pour entraîner sa fille à sa future profession. C'est à ce moment qu'il se rendit compte que c'était une fuyarde. Xià était plutôt le genre de personne à vous planter quelque chose par-derrière et s'enfuir en courant juste après, que vous soyez mort ou non. Elle ne semblait pas aimer les affrontements directs, et les esquivait le plus possible avec son paternel.
Toutefois, elle ne pouvait pas fuir éternellement, surtout si elle désirait être soldat. Malgré ce défaut, il suivit tout de même les demandes de sa fille. S'entraîner au tir, au lancer, c'était à ces moments qu'elle semblait le plus s'amuser.

Jeter des couteaux, elle faisait ça toute la journée en attendant que son père rentre le soir pour dîner. Les premiers jours, seule, elle n'arrivait pas à grand chose. Heureusement qu'un petit-bois se développait non loin de leur hameau. Ici, Xià pouvait lancer des couteaux sans craindre de casser quelque chose chez elle ; ce qui était déjà arrivé, deux fois.
C'est également depuis ses 16 ans que ses parents avaient arrêté de la forcer à être un garçon. Vu qu'elle semblait avoir trouvé sa voie, sa mère l'avait laissé s'habiller comme elle le voulait, et ne lui coupait plus les cheveux. Néanmoins, son habitude à avoir les cheveux courts, lui fit pour habitude d'attacher ses cheveux, afin qu'ils ne la gênent pas.

C'est enfin à 18 ans, qu'elle intégra l'armée. Elle découvrit également les joies de se faire intégrer la Puce. Chose que son père semblait avoir oubliée, délibérément, de lui en parler. Être une femme à l'armée n'est toujours pas aisé, même avec l'évolution humaine, on ressent toujours une certaine dévalorisation du côté féminin. Mais comme Xià a été élevé en tant que garçon depuis petite, elle garde ses manières déplacées de "paysannes" et garçonnes.
Cela l'amuse lorsque les recrues ont du repos, de se mettre à parler comme une campagnarde et d'écouter les enfants de grandes familles lui inculquer leur vocabulaire dont elle se fiche royalement. Visualisé comme un soldat qui exécute les ordres et obéit sans utiliser sa réflexion, Xià est sélectionné parmi d'autres jeunes qui ont été recrutés en même temps qu'elle.

Les objectifs sont simples, choisir les meilleurs potentiels pour espérer les envoyer ainsi au service du gouvernement russe, auquel la Chine est rattachée par l'armée. La Russie ? C'est là où il y a des dragons ? Ce fut la seule question que Xià posa aux supérieurs venus les tester. D'autres se demandaient comment étaient la vie là-bas, mais Xià semblait juste intéressée par ces créatures mystiques.
Encore une fois, elle avait toujours cette casquette de parfaite personne qui exécute ce qu'on lui dit. C'est son père qui la recommanda pour ce qui semblait être sa spécialité, une formation pointant sur la discrétion et l'infiltration. Là encore, il fallait faire ses preuves.

Pendant un an entier, elle fut formée pour cette voie qu'on lui avait attribuée, bien que c'était également celle qu'elle avait choisie, mentalement. Elle n'était pas faite pour un combat direct dans l'armée, c'est ce qu'elle se disait. La jeune fille se voyait plutôt comme une taupe, une fouine, un rat ou autre animal disgracieux qui vient vous embêter par-derrière.
On lui apprit l'art de tuer, un art avec bien des artistes. Mais là, c'était un art net, vif et rapide. Il fallait tuer rapidement, s'exécuter rapidement. Pour une fois, être une fille fut un atout. Bien qu'elle soit solide au niveau du squelette, elle reste plus fine et élancée qu'un homme. Apprendre à esquiver et se faufiler, c'est apparemment plus facile quand on est une femme.

Durant sa formation, elle eut le droit à ce genre de traitement sexiste. Elle n'était évidemment pas seule dans ce genre de formation, principalement entourée d'hommes. Elle ne voyait que peu de femmes dans l'armée, depuis un an, à part sa mère à l'extérieur. Heureusement que la demoiselle sait s'imposer un minimum envers ce genre de traitement. C'est à ce moment que son caractère de "paysanne", comme certains disent, ressort.
Elle se met à vous parler dans un dialecte chinois avec un accent très fort, et vous ne comprenez pas grand chose. Cela provoquait des moqueries, comme chaque début. Puis au fur et à mesure que Xià montrait son potentiel lors de la formation, on riait moins d'elle.

C'était injuste, elle était avantagé, car c'était une "fille". Mais elle, elle aurait préféré être un garçon, pour faire plaisir à ses parents. Elle n'aime pas spécialement son sexe, mais vit avec. Elle n'est pas spécialement féminine non plus, bien que ses cheveux aient bien poussé depuis ses 16 ans. Si elle les laisse longs, c'est parce qu'elle sait que sa mère aime les coiffer et en prendre soin quand elle rentre chez elle.
Au début, Xià se prenait vraiment pour un garçon. Mais depuis sa formation achevée, elle apprend à accepter le fait d'être une fille ; bien que sa manière de parler, soit toujours aussi rustre. Elle a d'ailleurs été validée, à ses 20 ans, un an plus tard, comme la plupart de ses camarades.

Ce n'est qu'une fois sa validation acquise qu'elle commença réellement à travailler pour l'armée. Récolter des informations, suivre des pistes. Assassiner des dissidents ou des opposants au gouvernement, Xià était devenu une sorte de bourreau, tout comme les autres jeunes de son âge avec qui elle coopérait.
Une lame du gouvernement à abattre, un pion obéissant à diriger, son élite était composé du même genre de personne qu'elle. Écoute et reçois la mission, exécute la mission sans te faire remarquer, puis rapporte la à celui qui te l'a demandé. C'était le quotidien de la demoiselle.

Le jour de ses 21 ans, rien de particulier ne semble arriver. Si ce n'est qu'elle a assassiné un dissident, encore un, avec une lame planté en pleine trachée. Rien de particulier donc, mais c'est une année tout de même importante. Xià commence enfin à réfléchir à ce qu'elle fait. Elle sait que c'est son devoir, mais elle cherche toujours à en savoir plus.
Caractère qu'elle n'avait pas en entrant à l'armée, la curiosité. C'est cette année qu'elle apprit un grand nombre de choses sur le monde, et sur les dissidents qu'elle tue. Ce sont apparemment des résistants au gouvernement, qui souhaitent le mal et le désordre et qui le sèment partout dans le monde. Du moins, c'est ce qu'elle a appris de ses collègues et dans les bibliothèques.

La propagande était partout, comme quand elle était petite, ne pas savoir une information de manière impartiale, pour pouvoir se faire un jugement propre dessus après, la tourmentait. De même pour ce qui était des informations sur les pays considérés comme "anciens" ennemis. Le mot ancien était trop beau pour être vrai, vu les tensions et les gonflements de chaque armée.
De nos jours, Xià continus son travail, sans poser plus de questions. C'est durant son temps libre qu'elle se renseigne, ou qu'elle passe voir sa génitrice, vu que son père est constamment occupé avec son propre cas. Sinon, elle s'occupe comme elle peut, embêter ceux qui l'embête aussi, manger, lancer des choses et dormir. Dormir, elle aime bien ça aussi, surtout après un meurtre, ça détend et aide à dormir, d'après elle.

II. Quelle opinion a-t-il sur les Dragons et les Méchas ?

Trouve-t-il que ce sont de belles inventions ? Sont-elles d'après lui de bonnes idées ? Sont-elles nécessaires ? Dîtes-nous tout ce qu'il en pense.

Xià a un point de vue assez divergent sur le sujet. D'un côté, elle trouve que la création des Méchas n'est pas une grande surprise, vu l'évolution du monde ; de même pour les Dragons. Néanmoins, pour ces derniers, son avis est un peu plus délicat.
Dans son pays, et dans bien d'autres, les Dragons étaient considérés comme des divinités mythiques. Ces légendes dans lesquelles son enfance a été bercée s'avérant être périmées à ce jour, elle en profite. Bien qu'elle trouve que l'idée que l'être humain se mettent à la place d'un potentiel Dieu soit mauvaise.
Actuellement, elle est donc avec une semi-mentalité d'enfant. Elle est contente que les Dragons puissent exister, mais elle se dit également que l'être humain aurait mieux fait de ne pas s'aventurer là-dedans. Surtout, qu'ils ont été créés pour servir à des fins purement militaires, ce qui la désole au plus haut point. S'ils ont pu recréer des Dragons, qu'est-ce qui les empêche de recréer pire encore ?

III. Qu'est-ce qui justifie l'alignement de votre personnage ?

Votre personnage est-il plutôt bon ou mauvais ? Se considère-t-il comme le gentil ou le méchant de l'histoire ? Précisez-nous sa vision des choses.

Pour Xià, il n'y a pas un camp "gentil" et un camp "méchant". Même si la propagande a été omniprésente durant son enfance, grâce à son père, elle reste assez simple d'esprit. Pendant longtemps, on lui a inculqué dans le crâne que les États-Unis, c'étaient "eux" les "méchants". Pourtant, quand on se penche sur les conflits mondiaux, les deux pays sont autant responsables l'un que l'autre. Qui a raison ou qui a tort ?
Pour répondre à cette question, Xià devrait connaître parfaitement les deux côtés, avoir pu être "mise dans le bain" de chacun. Elle a déjà une partie complète, il ne lui reste maintenant qu'à découvrir l'autre. Elle sait que la tâche ne sera pas facile, mais qu'a t-elle à perdre, à part sa vie ? Cela vaut le coup d'essayer !

IV. Quel événement a le plus façonné la psychologie de votre personnage ?

L'éducation familiale, sa vie en tant que soldat de l'armée chinoise, premièrement. Puis s'amena son perfectionnement et son choix précis à l'intérieur de cette même armée. Sans surprise, elle avait choisi la branche à laquelle son père l'avait forgée comme une précieuse lame au tranchant affûté.
Il ne faut pas oublier ses meurtres, ses missions et ses découvertes sur le monde. Dans son pays, pour se documenter sur l'état actuel du monde (hors point de vue chinois ou russe), il faut militer des heures de cela. Juste pour accéder à des fragments d'informations sur les autres pays, qui ne soient pas gangrenées par de la propagande.

V. Quel est le but de votre personnage à court, moyen et long terme ?

Dîtes-nous tout ce qu'il entreprend, quels sont ses rêves, ses plus grands désirs.

À l'heure actuelle, Xià n'a pas vraiment réfléchi à ce qu'elle pouvait entreprendre. Évoluer au sein de l'armée, pouvoir petit à petit quitter la pression familiale ; et bien sûr, comme elle dit si bien, "piloter" un dragon. Ce dernier point, "ça, ce serait vraiment cool !" comme elle vous répondrait. Bien qu'elle ne soit pas très entreprenante et plutôt docile, quand elle a une idée, elle aime la suivre.
Ses idées d'avenirs sont donc encore floues, bien qu'elle possède quelques envies dissimulées. Peut-être que ses rêves et ses envies se apparaîtront ou concrétiseront avec le temps.



Le Contexte


VI. Votre personnage pense-t-il que la Guerre opposant l'Alliance Etats-Unienne et l'Alliance Russe soit légitime ?

Cautionne-t-il cette opposition ? Pense-t-il qu'une nouvelle catastrophe puisse éclater dans un futur proche entre ces deux Puissances Mondiales ?

Sujet à tension dans la famille de Xià. Elle, qui intérieurement possède un avis assez divergent sur l'état actuel du monde, il en va de son intérêt (et de sa vie) de pencher pour l'Alliance Russe. Bien qu'au final, que ce soit l'un ou l'autre qui gagne, qu'importe. Du moment que ce bordel mondial, incluant les tensions et autres guerres stupides, cesse.
Qu'un nouveau conflit éclate entre les deux Puissances Mondiales ne devrait pas tarder, selon elle. Une simple petite étincelle suffirait, qu'importe sa provenance. Ce sera très certainement un massacre, mais si possible, qu'ils attendent avant de commencer une nouvelle guerre ! Xià aimerait savoir un minimum d'informations sur ses ennemis, et ses alliés ; en plus d'apprendre à "piloter" un dragon.

VII. Quel est son avis sur la mise en place des Puces ?

Pense-t-il que les progrès de la médecine et de l'électronique rendent la vie meilleure aux Hommes ? Trouve-t-il que le principe même est dangereux ?

L'utilité des Puces visant soi-disant à recenser la population, elle y croit moyennement. Certes, ça doit avoir cette fonction première et surtout, cette fonction révélée aux yeux des peuples y étant soumis. Mais au final, est-ce tout ? Ne sert-elle qu'à faire ce que l'on pouvait déjà faire avant sa création ?
Pour Xià, elle a forcément d'autres utilités, pouvant être en accord avec l’obsession directe du Gouvernement à vouloir tout contrôler et tout savoir.

Les progrès de la médecine et de l'électronique ne servent pas qu'à rendre la vie meilleure, mais à la facilite. Du moins surtout pour cette dernière branche. On vie plus longtemps, dans de meilleures conditions, selon le pays, entouré de choses de plus en plus mécanisées.
Vouloir améliorer ces deux points, pour la race humaine, n'en est plus à étonner Xià. Le monde ne cessera jamais d'évoluer que dans un sens, celui des humains, tant qu'ils vivront sur Terre. Vouloir s'améliorer sans cesse n'est pas que bénéfique, qui sait ce qui pourrait se passer dans le futur ? Déjà que les Méchas et les Dragons ont été inventés, qu'est-ce qui pourrait arriver... De pire ?

VIII. Quelle est sa position concernant les lois établies par le Gouvernement ?

Comprend-t-il que toute personne doive être recensée dans la Base de Données ? Que pense-t-il des Dissidents, ces hommes et femmes qui se battent pour défendre leurs droits et leurs libertés face aux Puces ?

Le Gouvernement, c'est un gouvernement comme il a déjà pu en exister d'autres, tous similaires sur certains points. Contenir la population et la gouverner, tout savoir, avoir un contrôle total, un Gouvernement banal donc. Ce n'est pas le premier, ni sûrement le dernier de ce genre. L'envie de tout contrôler et de tout savoir sont deux choses essentielles que recherche l'être humain. C'est une soif intarissable qu'il sustente en général sur sa propre espèce.
Les lois, elles suivent elles aussi le même mode de pensée qu'a instaurer le Gouvernement en place. Pour l'heure, comme un bon mouton, on s'y plie, tous. On observe ce qu'il se passe, on obéit aux ordres comme un bon soldat. On fait ses missions, on tue si c'est demandé, ou on garde le silence. Bref, on subit, on se tait, mais on n'oublie pas.
Les Dissidents... Les Dissidents... Ils ont des couilles, comme diraient Xià en langage familier. Elle les respecte, voir les admire, bien que sa condition actuelle ne soit pas du tout apte à un tel mode de pensée. Elle se cache bien de ce genre d'avis, après tout une peine de mort est si vite proclamée chez elle.




Le Joueur

Prénom • Surnom : Beaucoup trop à l'heure actuelle... Mais Mei c'est bien !
Âge : Vieille
Où habitez-vous ? Là où il y a des dragons, car les dragons, c'est bien.
Comment avez-vous découvert Project: BEAST ? Hermine !
Qu'est-ce qui vous a plu ? Je sais pas si je l'ai déjà dit, mais les dragons, c'est bien.
Suggestion(s) ? Aucune pour le moment.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 10/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Jan - 10:22
Très bonne présentation ! Je n'ai rien à redire !

Tu es donc validée~
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Premiers pas :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: